S'identifier

mot de passe oublié

(*) Champ requis

s'inscrire

publicité

En ligne

Aucun autre membre.

publicité

Annoncez sur equivista.fr

publicité

S'informer Actualités Temoignage: un ét[…]

Temoignage: un été chez Paul Schoekemöhle

le 10 novembre 2008 à 23h56 par SharX

Virgile Monneron, membre du team Antares, a passe un été aux écuries de Paul Schoekemöhle. Il nous livre ici ses impressions:

"Au début, ce n'était pas si simple.Il fallait s'adapter a un nouveau rythme de vie et de travail, trouver sa place au sein des écuries de Mühlen...
des les premiers jours, a cheval, l'accent a été mis sur la position du cavalier, bien plus calquée sur celle d'un cavalier de dressage. Afin de la rectifier, je montais entre quatre & sept chevaux par jour du lundi au samedi midi, généralement en filet simple avec une paire de rênes allemandes ou une martingale.
Le domaine de Paul Schoekemöhle comprend une vingtaine d'écuries, deux carrières en sable, plusieurs manèges, ronds de longe, trois marcheurs, une vingtaine de tapis roulant, deux carrières en herbe (ainsi que deux autres carrières en herbe et une carrière en sable à Holdörf - à quelques kilomètres des écuries), sans compter le club house, les bureaux, les chambres, le terrain en herbe de présentation des foals, les stabulations de maréchalerie, le magasin sellerie...

Grâce a ces infrastructures de top niveau, les chevaux sont entrainés à être de véritables athlètes et les cavaliers apprennent énormément avec rigueur et discipline dans le travail.

Personnellement, j'ai été très impressionné par le magnifique état des cinq cent chevaux du domaine, mais aussi la qualité de ces installations immenses et remarquablement propres. Le coin club house est surnommé "l'auberge espagnole" en raison des différentes origines du personnel et des gens qui y montent : français, espagnol, italiens, chinois, taïwanais, bulgares, danois, suédois, hollandais, grecs, belges, hongrois, russes, et ce melting-pot ne désemplit pas.
La cavalière de l'écurie dans laquelle je travaillais se nomme Nicole H. et son assistant cavalier Antonio Montanchez. Dans les cavaliers français qui travaillent chez Schoekemöhle on trouve Alexis Borrin et Pierre Jean-Joly.

Au niveau des chevaux il y avait bien sûr Diarado (monté par le numéro un des écuries), Balou du Rouet (monté par une suédoise), Sir Shutterfly (que j'ai monté), Linton (monté par le numéro un des écuries avec qui il est champion du monde des 7 ans à Lanaken).

Enfin, nous avons eu la chance de partager la carrière quotidiennement avec Alois Pollmann, installé dans une des écuries du domaine Schoekemöhle... Il nous apprend beaucoup... On peut le voir sauter un double à 1m60 rênes longues avec Clinton comme sauter 1m10-1m15 au pas avec Chacco Blue, ou bien encore donner des leçons à sa fille ou à un des cavaliers se trouvant à cheval sur la carrière.

En ce qui concerne les entraîneurs, il sont au nombre de six dont Paul Schoekemöhle lui meme. Les cavaliers partent en concours presque tous les week-ends, et pas moins de six cavaliers montent en grands prix nationaux (environ 1m50).
En conclusion, bien que la discipline et le travail soient des notions essentielles aux yeux des allemands, ces derniers n'en restent pas moins de sacrés bon vivant"


Virgile Monneron est cavalier depuis son plus jeune age, du critérium junior, il sort désormais en CSI** jeunes cavaliers, avec Lolita de River, Jérénice de River, et le soutien des selles Antares. Bonne route a lui!


19 commentaires sur le forum au sujet de cette actualité