S'identifier

mot de passe oublié

(*) Champ requis

s'inscrire

publicité

En ligne

Aucun autre membre.

publicité

Annoncez sur equivista.fr

publicité

Communiquer Forums Elevage Elevage de chevaux Production et Val[…]

Production et Valorisation

flux RSS de la discussion"

sujet posté par jac jeudi 23 octobre 2008 à 12h37

Partagez cet article sur Delicious Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Twitter

On parle souvent de difficultés à vendre…Mais produit-on ce que le marché demande, à savoir :
Beau modèle, du look, de la locomotion (en particulier un galop en équilibre sur les hanches), et de l’aptitude à l’obstacle, en un mot un bon cheval dans sa catégorie…
Pour ce faire, il faut :
Sélectionner les poulinières, et celles qui produisent mal (production indicée à moins de 120) doivent être réformées.
La mère apporte environ 70% du capital génétique, le père 30%, donc l’étalon a beaucoup moins d’importance que la jument.
Une vache laitière qui a une production de lait insuffisante par rapport aux normes est réformée…
Elever avec de mauvaises juments ça coûte très cher, et si c’est par amour il n’y a pas de prix, mais ne nous plaignons pas.
Quant à la valorisation, c’est autre chose.
Ou on n’est pas professionnel, ou qu’on ne veut pas faire de frais, et on se limite au basique, c'est-à-dire au pré-débourrage (tourner à la longe, selle sur le dos, travail à l’obstacle en liberté dans un bond rond), et terminer.
On vend alors le produit entre 6 mois et 3 ans, présentable en liberté, au prix du marché par rapport à la qualité, et non pas par rapport à ce que ça a couté !!!
Il y a un réel argus pour les chevaux (voir Nash 2008).

dernière réponse

  • Avatar de philippe philippe membre

    jeudi 11 mars 2010 à 19h50

    Je suis d' accord que c' est la super 5 qui fait tourner la boutique mais le problème , c' est que maintenant , la super 5 , on la veut au prix du solex et c'est là que çà ne va plus .

    çà j'en suis moins convaincu ...

    dans les années 90/92 on montait en Normandie acheter des SF a 25 000 francs aux 3 ans de St LO
    25 000 F çà fait dans les 3800 euros.

    aujourd'hui on les trouve a 5-6000e

    bah je ne suis pas sur que l'inflation ait ete de 50% ces 20 dernieres années
    (en tous cas les salaires n'ont pas ete augmentes dans ce sproportions ! )


    Donc, çà "doit" le faire ...
    la difference c'est qu'à l'epoque, les eleveurs faisiaent naitre avec l'etalon HN du coin a 1000 balles et elevaient au pre
    et qu'aujourd'hui pour faire le meme cheval de "D" on utilise un etalon de CSIO et on eleve le poulain "hors sol" ... au final il coute 3 fois plus cher a produire !

    aller en haut de la page

  • Avatar de philippe philippe membre

    jeudi 11 mars 2010 à 19h51

    Je suis d' accord que c' est la super 5 qui fait tourner la boutique mais le problème , c' est que maintenant , la super 5 , on la veut au prix du solex et c'est là que çà ne va plus .

    çà j'en suis moins convaincu ...

    dans les années 90/92 on montait en Normandie acheter des SF a 25 000 francs aux 3 ans de St LO
    25 000 F çà fait dans les 3800 euros.

    aujourd'hui on les trouve a 5-6000e

    bah je ne suis pas sur que l'inflation ait ete de 50% ces 20 dernieres années
    (en tous cas les salaires n'ont pas ete augmentes dans ce sproportions ! )


    Donc, çà "doit" le faire ...
    la difference c'est qu'à l'epoque, les eleveurs faisiaent naitre avec l'etalon HN du coin a 1000 balles et elevaient au pre
    et qu'aujourd'hui pour faire le meme cheval de "D" on utilise un etalon de CSIO et on eleve le poulain "hors sol" ... au final il coute 3 fois plus cher a produire !

    aller en haut de la page

  • Avatar de JARSAY JARSAY membre

    jeudi 11 mars 2010 à 19h55

    je comprends bien ce que vous dites et croyez moi nous avons suffisamment analysé le marché. A la maison vous avez le cheval qui va plaire et la ferrari.
    J'ai d'ailleurs très bien vendu mes "clio" l'année dernière car j'étais dans un rapport qualité prix raisonnable.
    Mais avec la meilleure volonté du monde, je ne brade pas mon boulot ni mes chevaux même si ils ne sont pas champions du monde.
    Si je me mets à vendre des chevaux à 5000 € prêt à l'emploi, c'est que forcemment j'ai tordu le coup à un éleveur pour lui ramasser son produit pour rien et je refuse de travailler comme cela car je suis éleveur aussi.
    Je refuse de faire naître des chevaux pour les vendre 5000 € à 3 ans car je perds de l'argent et tout travail mérite salaire.
    Par contre, je respecte toujours les budgets des gens. J'essaye de leur expliquer et de voir si ils ne peuvent pas attendre ou fractionner le paiement, mais je maintiens que chaque chose a un prix qui est fonction du cout de revient. Or, le coût de revient d'un cheval à 3 ans est quasi incompressible.
    Quand je vends un cheval à 3 ans, il monte dans un van, dans un camion, il n'est pas fou furieux au box, il donne ses pieds, il est ferré, voir tondu, il marche en main sans écraser son propriétaire, il est sociable et cela ne s'acquiert pas en 2 jours avant la vente. cela veut dire que vous avez rentré le poulain régulièrement pour le manipuler à 1 an, à 2 ans et qu'à 3 ans il est en boxe des le mois de Février.C'est du temps passé, beaucoup de temps. Et il faut passer plus de temps avec "une clio", qu'avec une Ferrari en proportion car la Ferrari va chez un pro.

    Concernant le financement c'est une idée à creuser, mais avez-vous déjà vu la tête d'un banquier quand vous lui parlez de financer des chevaux en général il faut l'emmener aux urgences direct sous respirateur artificiel !

    Mais comme mon banquier m'énerve, je pense que je vais lui poser la question cela finira d'améliorer nos relations !!!

    aller en haut de la page JARSAY

  • Avatar de Bud78 Bud78 membre

    jeudi 11 mars 2010 à 20h02

    Jarsay, votre banquier est pas le bon interlocuteur effectivement il risque de faire une attaque .... C'est vos fédérations d'éleveurs qui devraient vous construire ce type d'offre. En MP je vous envoie le nom d'un interlocuteur certainement plus apte à vous suivre.

    aller en haut de la page

  • Avatar de volvic volvic membre

    jeudi 11 mars 2010 à 20h17

    J'ai déjà financé des chevaux avec des prêts perso.
    Entre nous, qu'il achète un écran plat, une BMW alors que la clio aurait suffit pour les trajets maison-boulot-maison (c'est 20 000 € d'écart pour la même utilité donc j'en conclu que c'est du plaisir) tant qu'il a les moyens de rembourser c'est idem.
    On vient même de financer des chevaux de courses (étalons trotteurs) dernièrement, et on est pas en Normandie. C'est vous dire que mon patron y pompe rien en chevaux.
    Mais je vous avoue que je ne croule pas sous les demandes de financement de ce type. C'est pas entré dans les moeurs.
    En ce qui concerne une activité d'élevage équin, le souci n'est pas le même, là c'est la rentabilité de l'activité qui est passée à la moulinette. Et comme vous le dites si bien : les temps sont dur !!! Donc les banques sont beaucoup plus vigilantes.

    aller en haut de la page

  • Avatar de JARSAY JARSAY membre

    jeudi 11 mars 2010 à 21h43

    Ceci dit, je n'ai pas à me plaindre, mon banquier ne comprend rien, mais ce qu'il a bien compris c'est que les chevaux étaient plus rentables que les vaches et les moutons alors il suit et finance car il voit effectivement que l'activité tient la route.
    Par contre, Volvic, vous qui semblez être de la partie, pensez-vous qu'il est possible de proposer via une banque un financement comme un leasing....

    aller en haut de la page JARSAY

  • Avatar de volvic volvic membre

    jeudi 11 mars 2010 à 21h49

    Je me renseigne et vous dis ça demain...

    aller en haut de la page

  • Avatar de virevolte virevolte membre

    jeudi 11 mars 2010 à 22h34

    philippe
    Je suis d' accord que c' est la super 5 qui fait tourner la boutique mais le problème , c' est que maintenant , la super 5 , on la veut au prix du solex et c'est là que çà ne va plus .

    çà j'en suis moins convaincu ...

    dans les années 90/92 on montait en Normandie acheter des SF a 25 000 francs aux 3 ans de St LO
    25 000 F çà fait dans les 3800 euros.

    aujourd'hui on les trouve a 5-6000e

    bah je ne suis pas sur que l'inflation ait ete de 50% ces 20 dernieres années
    (en tous cas les salaires n'ont pas ete augmentes dans ce sproportions ! )


    Donc, çà "doit" le faire ...
    la difference c'est qu'à l'epoque, les eleveurs faisiaent naitre avec l'etalon HN du coin a 1000 balles et elevaient au pre
    et qu'aujourd'hui pour faire le meme cheval de "D" on utilise un etalon de CSIO et on eleve le poulain "hors sol" ... au final il coute 3 fois plus cher a produire !


    Pour une inflation a 2% par an (ce qui est en moyenne a peu prés ça) le calcul pour 20 ans c'est:
    3800*1.02^20=5646,6

    En fait je suis même étonné que ça tombe aussi proche de votre exemple. Finalement cela n'a pas évolué.

    aller en haut de la page

  • Avatar de Bud78 Bud78 membre

    vendredi 12 mars 2010 à 06h47

    JARSAY
    Par contre, Volvic, vous qui semblez être de la partie, pensez-vous qu'il est possible de proposer via une banque un financement comme un leasing....

    Attention, dans le cas du leasing on reste propriétaire du cheval, c'est une forme de location (avec ou sans option d'achat) donc en cas de problème, vous risquez de vous retrouver avec le cheval sur les bras.

    aller en haut de la page

  • Avatar de JARSAY JARSAY membre

    vendredi 12 mars 2010 à 09h11

    Oui Bud vous avez raison, c'est pas terrible....
    Ceci dit j'ai des clients qui empruntent pour acheter un cheval, cela arrive, mais cela choque moins les gens de s'acheter un home cinéma ou un salon tout cuir à crédit qu'un cheval .....le banquier cela le choque moins aussi d'ailleurs..

    Quant au prix du cheval par rapport à l'inflation etc...Vous partez du prix des chevaux chez les papis de la manche qui avaient des vâches laitières qui rapportaient plein pot à côté et qui allaient faire saillir en MN en charette à la station des haras du coin.
    Le résultat pour ceux qui ont continué comme cela ce sont des chevaux qui ne collent pas au marché, trop lourds, trop forts, trop jaunes, pas assez chics, trop raides;.....et en prime à attraper au lasso dans le champ à 3 ans....(c'est une carricature et pas une généralité, je précise sinon je vais me faire tuer). Même à 5000 € il ne les vendent pas car les gens qui ont 5000 € à mettre ils veulent le look et les qualités de ceux qui en valent 10.000 € .

    aller en haut de la page JARSAY

  • Avatar de ermine ermine membre

    vendredi 12 mars 2010 à 09h59

    Moi, perso je suis un peu dégoutée, j'ai élevé quelques poulains avec une bonne jument qui avait une bonne souche, les produits sont bons sans pour autant faire coupe du monde. Le premier tourne maintenant en CCI et j'en ai une de 5 ans qui tourne comme une horloge, jamais une barre, très chic, bouge bien, une super jument d'amateur...Pourtant le prix est encore en-dessous des 10.000€...Franchement je ne vois pas comment je pourrai encore baisser mon prix Du coup un peu dégoutée, j'arrête de faire naître... Il faut savoir rester réaliste et je me dit que j'ai pas les moyens de faire plus...

    aller en haut de la page ermine

  • Avatar de katvent katvent membre

    vendredi 12 mars 2010 à 14h17

    ermine , mets là à vendre plus cher ta jument si elle a vraiment des qualités ! les gens doivent penser qu'elle a un problème .

    aller en haut de la page

  • Avatar de schascha schascha membre

    vendredi 12 mars 2010 à 14h42

    Pour moi, l'élevage est en grande partie "spéculation" ... comme il est dit plus haut, si a génétique était une vérité, il n'y aurait plus que des chevaux de coupe du monde .... Qu'est ce qui permet aux éleveurs ( et je ne les critique pas ) d'affirmer que ce poulain est un crack ... a 3 mois ... de bons aplombs, un bon équilibre, de la niaq, une super mère et un père champion ... mise a part la "spéculation" ....

    On a tous cru en la génétique, solution pour faire de bons chevaux ... et maintenant on se rend bien compte que cela ne suffit pas loin de là ... Et qui s'en rend compte les acheteurs ...

    Malheureusement, les cavaliers ( digne de ce nom, ce qui ne court pas les rues ) et les éleveurs ont arrêté de travailler ensemble ... maintenant , on a les éleveurs qui parfois s'improvise "travailleur de jeunes chevaux" grâce a un bon cavalier du coin .... tandis que les vrais cavaliers ne fonctionne plus qu'avec des financiers ... qui pour le coup ... n'achête un cheval ou ne le confie que pour faire du profit ( logique ). La chaine est rompue, chacun veut gagner sa vie le plus possible indépendemment de l'autre ... et devinez a cause de quoi ... LE FRIC ... encore et toujours .... en faire de plus en plus ... des résultats encore et encore .....toujours plus vite ... car contrairement a une voiture qui ne coute rien dans son garage, le cheval ranger dans son boxe peut se blesser, etre dévaluer, de plus il faut le nourrir tous les jours

    Comme le foot ... l'équitation dans son ensemble n'est plus qu'une histoire de fric ... j'entend souvent dire de la part de certaines personnes qui achète un cheval ... " quand je le revendrai, faut pas que je perde mes billes" ou " je prendrai bien celui-la, si on me propose plus de sous, je le revendrai" ... et ces personnes ne sont pas des pros ....

    Le plus flagrant pour moi est l'admission du trop grand nombres d'étalons chaque années .... qui seront peut être de bon chevaux mais pas des "pères" digne de ce nom ... ce qui était auparavant une valeure ajoutée pour un cheval d'être admis, ne l'est plus actuellement .... car très peu font leur preuves en tant que reproducteurs. Et pourtant combien de personnes ( pas tj des pros )gardent leur poulain mâle issu d'un bon croisement en espérant qu'il soit admis pour espérer le vendre 30 000 eur ... J'en connais qui n'ayant pas réussi, était vendu pour 8000 eur voir moins ( le jour même ) ... si ca ce n'est pas de la spéculation !!!

    Chacun devrait reprendre sa place, l'éleveur à la base pour les naissances, les croisements, l'éducation, etc ( ne pas vendre les produits sur ce qu'ils pourraient devenir mais sur ce qu'ils sont au moment de la vente )....qui travailleraient en collaboration avec les cavaliers jeunes chevaux ( vendu sur les capacités du moments et non les futurs )...ensuite les cavaliers de plus de 6 ans .... les cavaliers de grand prix ... etc ....

    Pour remplacer la "spéculation" par " le plaisir " ... "faire du fric" ne devrait plus être la préocupation principale " " gagner sa vie " OUI... c'est utopique, je le concois ...

    Perso, je préfère vendre du rêve ... en vendant poulain ... ( et pourtant nous sommes 2 bons cavaliers maison, dont 1 ayant tourner sur 150 ... ) ... certes c'est plus facile de vendre poulain avec de bonnes mères ... mais il faut accepter de vendre pour ce qu'il est et non pas pour ce qu'il pourra devenir ... et ma foi, si il est tombé entre de bonnes mains, les acheteurs reviendront ... mais a moins d'avoir de la "rareté génétique" ... un poulain vendu entre 5000 et 10 000 eur, c'est très bien vendu.
    Je viens de vendre une pouliche pour 6000 eur ... pour 1 cout de revient de près de 3500 eur ( sans compter mes heures ni les investissements immobiliers ).... on m'a dit, c'est " bon marché, tu aurais pu demander un peu plus, c'est une pouliche a 8000 eur" .... qu'importe, elle est vendue .... je ne risque plus de perdre ( ni de gagné ).. Par contre, j'ai proposé qu'elle reste chez moi jusqu'à ses 3 ans .... pour 1 tarif de 200 eur/mois ... et dans ce tarif là ... je m'en occuperais tous les jours ( je ne compterais pas mes heures de joie et evidemment de galère )... car c'est bien là a la base le plaisir des éleveurs ... voir évoluer les produits qu'ils ont fabriquer en utilisant tel père et mère ...

    Si on se met a emprunter pour acheter et/ou entretenir des chevaux, on va droit dans le mur, les charges étant déjà tellement importante, l'avenir de ceux-ci indécis ... je serai banquier ou financier, j'ouvre la porte à mon client, mais pour le faire sortir...

    Voilà ... ma tartine est finie.

    aller en haut de la page www.transportchevaux.com / Transport personnalisé en Europe www.elevagedes7chenes.be / Petit elevage CSO

  • Avatar de JARSAY JARSAY membre

    vendredi 12 mars 2010 à 14h51

    SASCHA, votre raisonnement se tient, il est logique et plus que censé pour quelqu'un qui a un mêtier à côté et qui fait de l'élevage pour son plaisir sans vouloir perdre d'argent.

    Mais sous pretexte que l'on élève des chevaux et qu'on ne fabrique pas des voitures, on n'aurait pas le droit de gagner de l'argent alors qu'élever est son mêtier.

    La notion de rentabilité est-elle quelque chose qui salirait la beauté et le rêve associé au cheval ?
    Personne ne reproche à Renault de gagner de l'argent en vendant ses voitures et il faudrait qu'un éleveur, je parle pour les pro (sous entendus ceux qui on en fait une activité principale), ne couvre que ses charges sinon c'est normal que le commerce ne se fasse pas ???
    Alors là je suis désolée mais si on regarde en terme de gestion, dans toute activité économique, on mesure la rentabilité une fois imputée les charges fixes ET les charges de structure.

    aller en haut de la page JARSAY

  • Avatar de dragon dragon membre

    vendredi 12 mars 2010 à 15h15

    Pour répondre au fameux problème de financement......

    Le crédit bail (ou leasing en anglais) finance des biens d'équipements, des biens d'équipements de transports, des véhicules utilitaires.A la fin de la période de location, le bien peut être restitué ou racheté. Le prix de cession est fixé dès la signature du contrat.
    Le leaseur achète le matériel dont le client a besoin et il lui loue..

    Dans le cas d'un élevage , ovin, bovin, équin...., il existe un problème juridique d'appartenance du "bébé veau", du "bébé poulain"..., a qui appartiendront alors les bébés?au leaseur? à l'éleveur?
    les services juridiques des banques ont alors conclu qu'ils n'accepteraient pas de financer des animaux d'élevage via le crédit bail.

    Il existe d'autre solutions qui sont:
    1/ pour un particulier le crédit personnel
    2/ pour un professionnel de l'élevage: les billets financiers ou de trésorerie avalisés.

    aller en haut de la page

  • Avatar de JARSAY JARSAY membre

    vendredi 12 mars 2010 à 15h41

    Euh Dragon, en language profane les 2 dernières options pour professionnels cela veut dire quoi ?

    aller en haut de la page JARSAY

  • Avatar de dragon dragon membre

    vendredi 12 mars 2010 à 16h06

    je vais essayer d'être claire:


    c’est une autorisation de crédit court terme réservée aux entreprises et aux professionnels.Son objet principal est de financer les décalages de trésorerie justifiés par le cycle d’exploitation ce qui permet ainsi à l’entreprise d’équilibrer sa trésorerie courante. On utilise la technique de l’escompte de papier financier (billet) pour utiliser au fur et à mesure le crédit, en fonction des besoins du client. Ce crédit est assimilé à un crédit de fonctionnement.Les agios sont débités en compte en fonction du montant utilisé et de manière pré-comptée.

    aller en haut de la page

  • Avatar de JARSAY JARSAY membre

    vendredi 12 mars 2010 à 16h47

    Oui mais alors cela veut dire que c'est moi qui finance la trésorerie du client ??
    Moi je veux trouver un système, proposé semble-t-il par une société privée, où le client obtient un financement sans que ce soit moi qui fasse la variable d'ajustement.

    aller en haut de la page JARSAY

  • Avatar de dragon dragon membre

    vendredi 12 mars 2010 à 17h06

    les solutions données ici sont pour vos clients potentiels particuliers ou professionnels.
    en aucun cas, c'est vous "vendeur" qui faite l'avance de quoi que ce soit.

    si votre client est un particulier alors il fait un crédit perso
    et s'il est un pro...etc....

    aller en haut de la page

  • Avatar de Bud78 Bud78 membre

    samedi 13 mars 2010 à 07h53

    schascha
    Pour moi, l'élevage est en grande partie "spéculation" ...


    Je vais répondre à la tartine de schascha en tant que financier. Oui, l'élevage et les jeunes chevaux c'est certainement en partie de la spéculation sur laquelle on peut gagner et perdre beaucoup d'argent. Mais je n'aurais pas votre vision un peu négative, car c'est une spéculation qui sur le long terme s'adresse nécessairement à des personnes qui aiment votre milieu en effet c'est une spéculation qui nécessite tout de même énormément de connaissances, de culture pour la mener à bien. Rien à voir avec la bourse où n'importe quel abruti peut jouer sur les variations de marché. Entre la sélection, la naissance, l'élevage, la valorisation, le nombre de pépins qu'on peut rencontrer avant d'amener un 7 ans sur un tour de pro2 est tout de même énorme. Donc si des financiers s'intéresse à votre milieu, dites vous qu'ils le font avec aussi un peu de passion car si c'était juste pour faire de l'argent, y a plus simple.
    La difficulté c'est que c'est une histoire de fric ET de passion. Vos produits sont mal valorisés parce que trop de gens vendent à perte, et je vois que la passion pour expliquer ça. Aucun cheval de 3 ans ne devrait coûter moins de 8000€ et pourtant....je crois que la passion justement et les dimensions irrationnels de votre milieu faussent la donne sur le plan économique. Sinon, doit y avoir aussi une partie de sur-production.
    Si j'étais éleveur, je produirais pour compte d'autrui, c'est à dire que je vendrais une prestation de service (pension, poulinage,etc...) pour des passionnés qui n'ont pas la terre pour le faire. C'est certainement une bonne façon d'avoir des revenus à peu près stable et de ne pas avoir trop les contraintes du prix de revient. Sinon, je produirais des chevaux de 6 ou 7 ans mais en contrôlant toute la chaine en visant le marché pro. Mais je suis pas certain que ce soit le plus rentable actuellement compte tenu de la faiblesse des prix. J'ai envie de faire ça en ce moment sur un poulain avec de super papiers pour me faire plaisir, mais sur le plan économique je sais bien que ça tient pas le route une seconde, il vaut mieux acheter et revendre, c'est regrettable mais c'est l'état du marché actuel. Aucune filière ne peut survivre sur un marché qui n'est pas équilibré économiquement. Donc tant qu'on verra autant de chevaux vendus à perte pas de solution.
    Donc tout ça pour dire que c'est pas le fric le problème en soi, c'est le fait que l'équilibre économique globale de la filière n'est pas sain. Sinon faut produire pour le plaisir mais c'est plus un métier. L'argent n'est qu'un indicateur des échanges économiques entre les gens, et le thermomètre n'a jamais fait la météo.

    aller en haut de la page


Répondre

Pour participer à cette discussion, connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement !