S'identifier

mot de passe oublié

(*) Champ requis

s'inscrire

publicité

En ligne

Aucun autre membre.

Bon anniversaire à

Chrisprovost28, fany, grigri, lcstalloni88.

publicité

Annoncez sur equivista.fr

publicité

Communiquer Forums Elevage Elevage de chevaux Inbreeding

sujet posté par Elliot mercredi 07 juin 2017 à 17h55

Partagez cet article sur Delicious Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Twitter

Bonjour,
Nous parlons souvent de l'inbreeding, ici, mais toujours du côté paternel.
J'aimerais partager vos expériences d'inbreeding côté maternel. Avez-vous tenté de recourir à un étalon pour sa lignée maternelle réputée et ayant la même jument souche que votre poulinière ? Avec quel résultat ?
L'une de mes poulinières a la même lignée maternelle que Roxane de Gruchy et je m'interroge pour utiliser un étalon issu de cette même souche basse.
Merci !
  • Avatar de OBdB OBdB membre

    mercredi 07 juin 2017 à 18h43

    tu parles bien d'inbreeding sur des juments ?

    c'est plus rares parce que les juments ont un nombre de descendants moins important, donc plus difficile à trouver. Surtout si on parle d'inbreeding en opposition au linebreeding.

    Ce qui est réellement très intéressant, :
    c'est d'avoir un ancêtre (étalon ou jument) qui vient par les deux sexes.
    ou un(e) ancêtre qui vient uniquement par des mâles et un(e) autre qui vient uniquement par des femelles. (modifié par OBdB, le 07 juin 17 à 19:00:11)

    aller en haut de la page Otmar


    Hier, on était au bord du précipice ... aujourd'hui, on est un pas plus loin !

  • Avatar de paul paul membre

    jeudi 08 juin 2017 à 15h45

    Je trouve que l'inbreeding sur des matrones est très intéressant et le résultat est souvent de très grande qualité. Cela fait longtemps que dans les purs sangs c'est utilisé avec un très grand succès ( Danehill sur Natalma, le croisement Saddler's Wells x Nureyev donnant sur Special...)

    aller en haut de la page

  • Avatar de Elliot Elliot membre

    jeudi 08 juin 2017 à 18h42

    Oui, Otmar, c'est bien ça. En l'occurrence, ce serait un jument qui est amenée par la souche basse de la mère et par la souche basse du père.

    Paul, est-ce que les apports sont différents de ceux de l'inbreeding sur les pères ?

    aller en haut de la page

  • Avatar de OBdB OBdB membre

    jeudi 08 juin 2017 à 20h04

    d'après ce que je sais, le chromosom 'x' est plus grand donc peut potentiellement contenir plus de marqueurs.

    et bien entendu, tu renforces le coté transmission exclusivement maternelle (transmission mitochondriale) ...

    vous me corrigerez si je fais des erreurs ... (modifié par OBdB, le 08 juin 17 à 21:55:46)

    aller en haut de la page Otmar


    Hier, on était au bord du précipice ... aujourd'hui, on est un pas plus loin !

  • Avatar de paul paul membre

    samedi 10 juin 2017 à 10h02

    OBdB, le 08 juin 17 à 20h04
    d'après ce que je sais, le chromosome 'x' est plus grand donc peut potentiellement contenir plus de marqueurs.

    et bien entendu, tu renforces le coté transmission exclusivement maternelle (transmission mitochondriale) ...

    vous me corrigerez si je fais des erreurs ...

    Je ne pense pas que la taille du chromosome et le nombre de marqueurs soient proportionnelles vu la quantité d'ADN non codants. Les mères transmettent en quasi totalité (je mets quasi car ce n'est pas dis que demain une étude nous prouve que le mâle en apporte autant) les mitochondries donc l'énergie.
    C'est donc pour ça et le fait que la mère apporte 70% et le père 30%, que je pense qu'un inbreeding sur une jument matrone est plus intéressant que celui d'un père (plus facile à faire en plus donc on a plus de données dessus)

    aller en haut de la page

  • Avatar de OBdB OBdB membre

    samedi 10 juin 2017 à 14h17

    qu'entends-tu par

    paul, le 10 juin 17 à 10h02
    ... la mère apporte 70% et le père 30% ...

    ?

    chaque parent apporte 50% du matériel génétique (ce qui est autre chose que les gènes qui s'expriment).
    La mère seule apporte les mitochondries.

    Je doute cependant que l'on peut 'chiffrer' l'apport total de l'un ou de l'autre. (modifié par OBdB, le 10 juin 17 à 14:20:30)

    aller en haut de la page Otmar


    Hier, on était au bord du précipice ... aujourd'hui, on est un pas plus loin !

  • Avatar de paul paul membre

    dimanche 11 juin 2017 à 10h59

    En théorie, on a un 50/50 des deux parents mais en pratique ( d'après plusieurs chercheurs en génomique, dont Axel Kahn) la mère apporte plus que le père (on se situe souvent sur un 70/30). De nombreux éleveurs de renom l'ont remarqué et le disent. C'est pour cela que des juments comme Ueleme, Bourrée et d'autres matrones, avec n'importe quel étalon faisaient de très bon chevaux.

    aller en haut de la page

  • Avatar de paul paul membre

    dimanche 11 juin 2017 à 11h01

    Je me base sur mes connaissances en génomique ainsi que sur une conférence qui avait eu lieu à Caen avant les JEM sur la génomique, et un chercheur en génomique au Danemark expliqué ce pourcentage de 70/30 qu'il avait nommé ( le nom m'échappe pour l'instant je vais essayer de le retrouver).

    aller en haut de la page

  • Avatar de paul paul membre

    dimanche 11 juin 2017 à 11h12

    http://www.lecheval.fr/article/vous-avez-dit-genomique-equine-evolution-mais-pas-revolution-selon-le-professeur-axe[...]
    On n'était pas nombreux mais les intervenants ainsi que les sujets évoqués étaient passionnants.
    ( le nom donné à ce pourcentage est la Breeding Value) (modifié par paul, le 11 juin 17 à 11:17:28)

    aller en haut de la page

  • Avatar de Elliot Elliot membre

    dimanche 11 juin 2017 à 11h56

    Passionnant, merci pour toutes ces informations, je vais travailler ces questions.
    J'avais entendu parler de ce 70/30 mais il était mis sur le compte de la manière dont la mère élève son poulain.

    aller en haut de la page

  • Avatar de OBdB OBdB membre

    dimanche 11 juin 2017 à 15h21

    merci Paul !

    aller en haut de la page Otmar


    Hier, on était au bord du précipice ... aujourd'hui, on est un pas plus loin !

  • Avatar de Armand Armand membre

    lundi 17 juillet 2017 à 21h11

    super intéressante et dans thème pour moi.

    moi j'ai un cas pratique, je travail descendante de son altesse, grosse souche du SF aillant pas mal produit (dans les récents quickly de kreisker et ratina de la rousserie, mais aussi dans les ancien, first de launay, kedehop de breve, etc etc)

    et dans les très nouveaux Urcos et Una de kerglenn chez HDC ( staut et delavaux)

    bref une très belle souche avec pas mal d'étalon approuvé et je me suis toujours demandé si ce que cela pouvais donner de remettre un étalon de la souche, sur la souche.

    aller en haut de la page

  • Avatar de OBdB OBdB membre

    jeudi 17 août 2017 à 02h26

    paul, le 11 juin 17 à 10h59
    En théorie, on a un 50/50 des deux parents mais en pratique ( d'après plusieurs chercheurs en génomique, dont Axel Kahn) la mère apporte plus que le père (on se situe souvent sur un 70/30). De nombreux éleveurs de renom l'ont remarqué et le disent. C'est pour cela que des juments comme Ueleme, Bourrée et d'autres matrones, avec n'importe quel étalon faisaient de très bon chevaux.


    je ne veux en aucun cas diminuer la qualité de la descendance de certaines matrones, mais il y a suffisamment d'exemple que des étalons que rien ne distinguait au départ étaient des géniteurs hors paire.

    A mon avis, mais je reste sur une approche purement théorique, CES matrones-là bénéficient de la connaissance de leurs éleveurs / propriétaires de ce que ces lignées apportent.
    Ou dit différemment, mieux je connais mes lignées, mieux elles produisent ... à condition bien sûr, de connaitre également les lignées des mâles ...

    Et c'est là que le bât blesse dans le SF aujourd'hui ... que connaît l'éleveur lambda des étalons étrangers ? pas grande chose ! Et pourtant ils travaillent énormément en France ... et pire, les éleveurs français remettent un étalon d'origine étrangère sur une jument également étrangère ou issu d'un étalon étranger, multipliant ainsi des inconnus ...
    Et en oubliant une constante dans l'élevage : la consolidation ...

    mais ce n'est que mon avis ...

    aller en haut de la page Otmar


    Hier, on était au bord du précipice ... aujourd'hui, on est un pas plus loin !

  • Avatar de Elliot Elliot membre

    jeudi 17 août 2017 à 16h42

    Je suis globalement d'accord avec toi, Otmar. Surtout concernant les lignées étrangères qui sont utilisées à l'aveugle par de nombreux éleveurs.
    En revanche, j'ai remarqué que certaines poulinières d'exception sortent toujours le meilleur de l'étalon qu'on leur présente, quelle que soit la lignée de cet étalon.
    Et j'ajoute que ces mêmes juments sont souvent de formidables laitières qui élèvent leurs poulains avec une grande intelligence.
    Pour le dire autrement, poulinière est (à mes yeux) un véritable métier, au même titre que cheval de sport, et certaines juments ont ça dans le sang quand d'autres, avec les meilleurs papiers du monde, ne leur arriveront jamais à la cheville.

    aller en haut de la page

  • Avatar de OBdB OBdB membre

    jeudi 17 août 2017 à 17h19

    soit Servane, la question qu'il faudrait poser à un ou plusieurs de ces éleveurs, propriétaires de ces matrones-là, c'est : pourquoi avez-vous utilisé les étalons A, B, C, D ... et non pas les étalons Z, Y, X ...

    Sans vouloir me mettre dans la catégorie de ces éleveurs-là, j'ai malgré tout parmi les étalons que j'aime des préférences par rapport aux juments sur lesquelles je voudrais les utiliser. je pense que c'est le cas de tous les éleveurs. La différence, c'est chez les premiers c'est fait avec plus de succès que chez les autres ...

    aller en haut de la page Otmar


    Hier, on était au bord du précipice ... aujourd'hui, on est un pas plus loin !


Répondre

Pour participer à cette discussion, connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement !