S'identifier

mot de passe oublié

(*) Champ requis

s'inscrire

publicité

En ligne

Aucun autre membre.

publicité

Annoncez sur equivista.fr

publicité

S'informer Actualités Ben Maher dans la[…]

Ben Maher dans la tourmente

le 07 décembre 2013 à 11h00 par ij59

L'actuel N°2 mondial est sous le coup de graves accusations provenant des ses anciens sponsors. En effet, Mr et Mme Philipps de l'écurie Quainton Stud ont porté plainte contre le cavalier britannique pour des détournements de fonds effectués lors de la vente de plusieurs de leurs chevaux. Partenaires de longue date du médaillé olympique par équipe, les Philipps lui réclament maintenant une somme de 840 000 euros a-t-on appris dans un communiqué de presse de la BBC.
Agissant comme intermédiaire pour le compte de Quainton Stud lors des transactions commerciales, Ben Maher aurait menti sur le prix réel de certaines ventes, notamment celle de Tackeray, exporté aux Etats-Unis pour une somme de 623 000 euros, le cavalier ayant déclaré l'avoir vendu 367 000 euros, soit une malversation de 260 000 euros.
De la même façon, des profits illicites auraient également eu lieu sur le prix de vente de cinq autres chevaux appartenant aux Philipps: Quainton Quirifino, Awanti, Vigolo, Robin Hood et Wonder Boy, de l'argent que le cavalier aurait utilisé pour régler les dettes de sa propre écurie et acquérir une propriété à Wellington en Floride.
Les soupçons sont nés lors de la revente rapide à son propriétaire précédent de Vigolo, pour un prix inférieur à celui d'achat, ce qui a incité les Philipps à enquêter sur les transactions passées.
Quant à Tackeray, il sembla avoir régné une certaine opacité sur son acquisition en mars par les Bruheim au Texas, Emma Philipps ayant déclaré dans Horse and Hound à l'époque, qu'elle ne savait pas qui avait acheté le cheval étant donné le nombre d'intermédiaires et d'entraîneurs impliqués dans la transaction et que le nouveau propriétaire ne serait connu qu'au moment de la sortie du cheval en compétition...
Dans le cas où il perdrait ce procès, le golden boy du Saut d'Obstacles britannique pourrait se voir réclamer jusqu'à plus d' 1,5 millions d'euros pour remboursement des sommes détournées, frais de justice, dommages et intérêts.
A l'heure actuelle, les avocats du vice-champion d'Europe n'ont pas souhaité s'exprimer mais la bataille juridique s'annonce hoûleuse.
De son côté, Ben Maher se défend en argumentant que les Philipps lui doivent de l'argent pour de nombreux services rendus depuis le début de leur partenariat en 2005, qu'ils n'ont produit aucune preuve concernant de fausses factures et il réclame un pourcentage de 10% sur les saillies des étalons de Quainton Stud ainsi qu'une commission de 10% sur la vente éventuelle de tous les chevaux qu'il a montés en concours dont les Philipps possèdent une part, ou sont propriétaires en totalité.
La famille Philipps, partenaire de la première heure de Ben Maher alors qu'il n'était âgé que de 22 ans, réclame désormais la reconnaissance de son investissement dans l'achat de Tripple X, la moitié du cheval cédée par Ben Maher lui-même pour 250 000 livres en 2010, un apport ayant pris bien sûr une plus-value considérable depuis les J.O. de Londres, et la vente de la monture olympique de Ben puisque leur association a pris fin vers le 1er août dans un contexte plus que conflictuel depuis début 2013.
Le cavalier olympique reconnaît que Tripple X doit changer de mains mais conteste le fait que les Philipps en soit propriétaire à titre privé, l'étalon étant pour lui détenu par la société Quainton Stud. En conséquence de ces dissensions, Mike Philipps avait essayé d'obtenir une injonction du tribunal en août afin d'empêcher Tripple X de participer au CSIO d'Hickstead et à la Coupe des Nations s'y déroulant.
Ben Maher passe maintenant une grande partie de l'année en Floride auprès de son nouveau sponsor, l'américaine Jane Clark, un partenariat contracté peu après les Jeux de Londres.
"Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour contribuer au succès de Ben lors des Jeux Olympiques l'année dernière, et maintenant, nous nous sentons extrêmement affligés." a confié Emma Philipps "Tout est désormais dans les mains de la Justice et c'est une fin très triste pour une collaboration grandement couronnée de succès...Nous l'avons toujours traité comme s'il faisait partie de la famille, nous aimons ce sport, nous adorons nos chevaux, mais franchement, nous sommes maintenant totalement désillusionnés."
L'exposition des pièces examinées au tribunal a mis en évidence la grande complexité des transactions de chevaux au niveau mondial.
Ainsi, concernant la vente de Wonderboy, selon Ben Maher, le cheval aurait été acquis conjointement par la famille Philipps et lui-même pour 400 000 livres, le cavalier réglant sa part "en nature" avec quatre chevaux appartenant à son père. En mai 2010, Wonderboy était revendu 950 000 euros par l'intermédiaire du cavalier Billy Twomey qui recevait 80 000 euross de commission pour son rôle de courtier.
La défense de Maher revendique que la somme restante a été partagée ensuite à part égale entre le cavalier et les Philipps, Mike Philipps aurait ensuite dit au cavalier de garder 200 000 livres additionnelles en pré-paiement de la part de Tripple X pour Quainton Stud, Par ailleurs, Ben Maher réclame également aux Philipps une commission de 37 000 livres sur la vente de Wonderboy...
Cette affaire pourrait avoir des répercussions sur les activités de marchand de chevaux couramment pratiquées par les cavaliers dans le milieu des sports équestres de haut-niveau.


Commentez cette actualité sur le forum !